Médias MCTL


 
AccueilPortail*FAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 «opération de prévention antidrogue» dans un collège

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
zouzou
Modo
Modo
avatar

Féminin
Lion Rat
Nombre de messages : 1250
Age : 57
Localisation : dans les nuages
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: «opération de prévention antidrogue» dans un collège   Jeu 4 Déc - 7:11

Stupéfiante descente au collège

Tollé à Marciac depuis une «opération de prévention antidrogue» dans une classe de troisième. Avec chien et fouilles au corps.

Le mercredi 19 novembre, Zoé, 14 ans, et ses camarades de troisième du collège de Marciac, dans le Gers, entrent en classe à 8 h 30, comme d’habitude.

La CPE (conseillère principale d’éducation) les a juste prévenus qu’il y aurait une «opération de prévention antidrogue». Dix minutes s’écoulent à peine, et la porte s’ouvre. Sans frapper, deux gendarmes font leur entrée. «On va revenir avec un chien, mettez vos mains sur la table, ne le regardez pas. Quand il mord, ça pique !», lance l’un d’eux. Le chien renifleur déboule, sans muselière. Il renifle des élèves, s’acharne sur plusieurs cartables.«Apparemment, il y avait une odeur de réglisse», expliquera plus tard le principal Christian Pethieu, sur Libelabo.fr (1).

Chou blanc.

Des élèves que le chien a «marqués» sont extraits de la classe. Dans le couloir, des gendarmes les interrogent, d’autres fouillent les trousses, dévissent les stylos… Zoé raconte : «La fouilleuse me fit enlever mon sweat sous le regard des deux autres gendarmes. Ne trouvant rien dans ma veste, elle me fit enlever mes chaussures et déplier mes ourlets de pantalon. "On dirait qu’elle n’a pas de hasch mais avec sa tête mieux vaut très bien vérifier", dit un gendarme. La fouilleuse cherche alors dans les replis de mon pantalon, dans les doublures de mon tee-shirt sans rien trouver, bien sûr. Elle fouilla alors dans mon soutif et chercha en passant ses mains sur ma culotte.»

Le vendredi soir, Zoé, qui est interne, raconte tout à son père. Choqué, il décide de diffuser son témoignage écrit sur le Net. La polémique prend d’autant plus vite que deux jours auparavant le même scénario s’est déroulé au centre de formation des apprentis (CFA) de Pavie, également dans le Gers. Les gendarmes déboulent en plein cours. Ils rabrouent un prof qui demande des explications, vident des sacs, etc. En quittant une classe de BTS froid-climatisation qui ne compte que des garçons, ils lancent : «Salut les filles.» Bilan de l’opération : 32 grammes de shit trouvé sur un élève et 7 grammes au total sur trois autres.

A Marciac, ils ont fait chou blanc. Le collège est réputé tranquille : il a une section jazz très recherchée et jusqu’en octobre, il était encore dirigé par le fondateur du festival de jazz de Marciac. Devant l’émotion suscitée, le principal paraît gêné. «L’intervention s’est déroulée dans un climat que j’ai jugé serein et sans excès», dit-il. Mais il reconnaît son «caractère un peu impressionnant» et regrette d’avoir fait les choses à l’envers : il avait prévu une séance explicative sur les méfaits de la drogue, mais plus tard.

S’agit-il d’un dérapage local ? Ou du signe d’une dérive sécuritaire qui saisit la France ? Sans doute la réponse est-elle quelque part entre les deux. Tous les collèges invitent des policiers - ou des gendarmes à la campagne - à parler devant les élèves dans le cadre de la prévention antidrogue. Ils ont aussi des correspondants dans les commissariats, et peuvent demander une intervention s’ils ont par exemple repéré un trafic. Mais il leur faut une réquisition du procureur. Le parquet peut aussi décider seul d’une opération, mais dans le cadre d’une enquête précise. Ce genre d’actions musclées, avec chiens renifleurs, est en tout cas très rare.

Zélée

Dans le Gers, il semble que la procureure de la République, Chantal Firmigier Michel, injoignable hier, soit particulièrement zélée dans la lutte contre le shit, et une adepte de la répression. «Les élèves ont peur de ces contrôles : ça crée de la bonne insécurité, satisfaisante à terme en matière de prévention», a-t-elle confié à la Dépêche du Midi. Elle s’est aussi félicitée du fait qu’il y ait eu 25 opérations antidrogue depuis début 2008. «La plupart ont eu lieu aux abords des établissements, par exemple sur des parkings où l’on sait qu’il y a un trafic», tempérait hier l’inspecteur d’académie Jean-René Louvet.

Ces derniers temps, la gendarmerie locale propose en tout cas systématiquement ses services aux établissements. Certains principaux refusent.

Celui de Marciac a accepté, apparemment sans trop demander de détails. Il a alors formellement fait une demande, et la procureure a délivré une réquisition - ce qu’elle ne refuse jamais - s’est-elle vantée.

Du côté de l’Education nationale, on tentait hier d’aplanir la polémique.«Pour nous, l’affaire est close, explique Franck Gombaud, le représentant du Snes (premier syndicat du secondaire), il y a eu un accord entre l’IA et le colonel de gendarmerie stipulant que l’on arrête ce mélange des genres, que l’on en revienne à des opérations de prévention mieux préparées, et que, si les gendarmes font venir des chiens, ils soient muselés.» La FCPE (première fédération de parents d’élèves) et le père de Zoé appellent à une manifestation vendredi devant le collège pour dénoncer la «terrorisation»«méthodes indignes d’un pays de droit».

(1) libelabo.fr

Source : liberation.fr


"Ce genre d’actions musclées, avec chiens renifleurs, est en tout cas très rare" nous apprend Libé.

Soit les journalistes sont mal renseignés, ce que j'ai du mal à croire, soit c'est encore "chut, faut pas le dire", parce que ce n'est pas rare du tout, particulièrement dans les internats ! C'est même quasiment entré dans les moeurs "éducatives".

Douce France, cher pays de mon enfance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Srum
Admins
Admins
avatar

Féminin
Cancer Chien
Nombre de messages : 5030
Age : 47
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: «opération de prévention antidrogue» dans un collège   Ven 5 Déc - 3:41

Où est il ce pays de notre enfance justement ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zouzou
Modo
Modo
avatar

Féminin
Lion Rat
Nombre de messages : 1250
Age : 57
Localisation : dans les nuages
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: «opération de prévention antidrogue» dans un collège   Ven 5 Déc - 7:27

Sarko a les pétards en horreur. Il aimerait bien jeter aux oubliettes tous les consommateurs après leur avoir fait payer une énorme amende bénéfique à ses petites caisses.

C'est vrai, tous les mômes fument. Y compris ceux dont les parents jurent la tête sur le billot que leur petit mignon jamais, because éducation gnagna. D'abord, le petit mignon en question l'a promis à ses géniteurs. Il n'allait certainement pas le leur avouer. L'exception désormais, c'est ceux qui ne fument pas. Les flics fument aussi. Ils faisaient régulièrement une descente dans les petites rues autour du dernier établissement scolaire que mon fils a fréquenté. Aucune répression, juste la confiscation de l'objet du délit. Des flics jeunes, mal dans leur boulot, mal dans leur vie. Enfin, je suppose. Personnellement, je préfère qu'ils fument un pétard dans le panier à salade plutôt que de se tirer une balle dans la tête avec leur arme de service...

Parfois, certains parents fument avec leurs enfants. La peur du lendemain, le patron qui les saoule, le ras le bol général de tout.

Comme à l'accoutumée, au lieu de se poser les bonnes questions et de tenter de trouver une solution à ce malaise généralisé qui ne cesse de dramatiquement s'amplifier, on punit, on juge, on condamne. Plus simple et plus rapide.

Dans le cas qui nous occupe, faut arrêter de nous prendre pour des truffes. Les proviseurs sont très demandeurs de ces actions musclées.

Des copains de mon fils, internes, lui ont raconté les descentes. Fouille de la chambre, on retourne tout bien sûr, matelas, armoire, bureau, comme dans les prisons, fouille à corps de l'occupant, sans ménagement, sous l'oeil avide du protal ou du conseiller principal d'éducation. Tiens, rien que le titre m'amuse. Avant, c'était surgé. Surveillant général. On a juste changé l'appellation, ça passe mieux, c'est plus joli, plus correct. Les missions et la mentalité restent les mêmes.

Bien sûr, lorsqu'un petit pétard est découvert, on vire le coupable séance tenante. Allez vous faire inscrire dans un autre bahut avec un tel casier. Tant pis pour les études. Tans pis pour l'avenir du gamin. De toute façon, il n'y aura pas de travail pour tout le monde.

C'est triste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: «opération de prévention antidrogue» dans un collège   

Revenir en haut Aller en bas
 
«opération de prévention antidrogue» dans un collège
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La génération des 55-65 ans dans la chanson-rock française
» De quelle génération êtes-vous?
» [Opération] Le rêve de Bill : lever les mains pendant Hilf Mir Fliegen
» LE DEBRIEFING: N°4 La génération perdue
» Article sympa dans Libération

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Médias MCTL :: Discussions Diverses :: Actualité Générale-
Sauter vers: