Médias MCTL


 
AccueilPortail*FAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La grève outre mer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
zouzou
Modo
Modo
avatar

Féminin
Lion Rat
Nombre de messages : 1250
Age : 57
Localisation : dans les nuages
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: La grève outre mer   Dim 15 Fév - 13:05

Guadeloupe : "Le mouvement ne s'essouffle pas, il s'amplifie"

Des élus des Antilles françaises, paralysées par des grèves, ont appelé samedi à "assouplir" ces mouvements en raison de leur impact sur l'économie et la vie quotidienne, tandis que des milliers de manifestants ont défilé en Guadeloupe pour maintenir la pression. À Pointe-à-Pitre, où le "collectif contre l'exploitation" (LKP) a lancé le mouvement il y a près d'un mois, Victorin Lurel, président PS du conseil régional, et Jacques Gillot, président (app-PS) du conseil général, ont demandé un "assouplissement de la grève générale pour que le pays vive plus normalement". Ils ont également souhaité être reçus par le président Nicolas Sarkozy.

Alors que les établissements scolaires restent fermés et que les manifestants contraignent régulièrement les commerces à fermer, les deux élus ont proposé l'octroi pendant quelques mois d'une "prime salariale" de 100 euros mensuels aux salariés touchant moins de 1,4 fois le Smic. Selon eux, une telle mesure pourrait permettre de relancer les discussions entre grévistes et patronat.

Le leader du LKP Élie Domota a récusé cette proposition, appelant l'État et le patronat à "tenir leurs engagements" en paraphant l'accord signé la semaine dernière qui prévoit une augmentation de 200 euros pour les bas salaires via des exonérations de charges. "Le mouvement ne s'essouffle pas, il s'amplifie", a-t-il prévenu, prenant pour preuve les milliers de Guadeloupéens qui ont défilé au Moule samedi après-midi, une ville côtière où, il y a 57 ans, des ouvriers furent tués par les forces de l'ordre dans ce qui a été baptisé "le massacre de la Saint-Valentin".

Chariots remplis à ras bord

Élie Domota a durci le ton en accusant l'État de vouloir "tuer les Guadeloupéens" en envoyant des renforts de gendarmes. Selon plusieurs sources, il y a eu une relève, mais pas d'envoi de forces supplémentaires. La députée PRG de Guyane Christiane Taubira, qui participait à la manifestation, a condamné la "consolidation des pouvoirs de castes", notamment celle des békés, descendants d'anciens colons.

Par ailleurs, de longues files d'attente se sont formées samedi matin devant les stations-service réquisitionnées dans la banlieue de Pointe-à-Pitre, où un hypermarché a rouvert en présence d'un important dispositif de sécurité. Des dizaines d'acheteurs en sont sortis les chariots remplis à ras bord. Aucun incident n'a été relevé, mais devant l'établissement, un gendarme a déclaré craindre un "durcissement".

En Martinique, paralysée depuis 10 jours, plusieurs parlementaires - dont Alfred Almont (UMP), Louis-Joseph Manscour (PS) et Alfred Marie-Jeanne (MIM, Mouvement indépendantiste martiniquais) - ont invité vendredi à "desserrer l'étau" de la grève. Le collectif menant le mouvement a quitté les négociations samedi après-midi, après un différend avec la grande distribution. Un accord prévoyait une baisse de 20 %, mais les distributeurs veulent l'appliquer à des articles spécifiques, les grévistes à des gammes de produits.

Rentré la veille des Antilles, le secrétaire d'État à l'outre-mer Yves Jégo a entamé samedi des consultations avec le haut-commissaire aux solidarités, Martin Hirsch, pour accélérer la mise en place du RSA dans les DOM.

Samedi, le mouvement a fait tâche d'huile à La Réunion. Une centaine de manifestants ont fait irruption dans un hypermarché de Saint-Denis, distribuant des tracts contre la vie chère. Selon un sondage Ifop pour Sud-Ouest paru dimanche, 63 % de Français n'excluent pas une extension du mouvement en métropole.

Source : lepoint.fr


Une extension du mouvement en métropole...


Dernière édition par zouzou le Dim 15 Fév - 13:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zouzou
Modo
Modo
avatar

Féminin
Lion Rat
Nombre de messages : 1250
Age : 57
Localisation : dans les nuages
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: La grève outre mer   Dim 15 Fév - 13:15

«Sarkozy se fiche de l’Outre-Mer»

Axel Urgin, ancien secrétaire national du PS à l’Outre-Mer, part samedi pour la Guadeloupe en compagnie des députés socialistes Christian Paul et François Lamy, avant de se rendre, dimanche, en Martinique. Il décrypte les ressorts de la crise antillaise.
La grève en Guadeloupe est-elle réductible à la question du pouvoir d’achat ?

En Guadeloupe, comme dans les trois autres DOM, les revenus sont de 30 % inférieurs à ceux de la métropole, alors que le panier de la ménagère y est 40 % plus cher. En termes de pouvoir d’achat, ce n’est pas tenable. D’où un fort consensus dans toutes les catégories sociales, y compris les fonctionnaires. Il faut rajouter à cela la spécificité du monopole de l’essence, avec un prix administré, à propos duquel le ministre a lui-même parlé d’enrichissement sans cause et de graves irrégularités…
D’où le combat contre la «pwofitasyon» ?

Là-bas, dans de petites villes, la «pwofitasyon», c’est-à-dire l’exploitation outrancière en créole, saute aux yeux. Le patronat et les monopoles économiques sont connus, incapables de passer des accords d’intéressement ou des conventions salariales annuelles, et ne comprennent que le rapport de force. D’où le renforcement de syndicats musclés, par rapport aux organisations réformistes qui n’ont pas de grain à moudre.

Comment expliquer la rupture des négociations par le collectif ?


Yves Jégo a assumé son rôle de secrétaire d’Etat à l’Outre-Mer en expliquant que l’Etat allait prendre en charge, pour les PME, une partie du coût du travail. Donc quand il a été rappelé à Paris, et bêtement désavoué par le Premier ministre, avant de revenir en disant que c’était aux patrons et aux syndicats de jouer, ça a été très mal vécu. Frédéric Lefebvre [porte-parole de l’UMP, ndlr], pour expliquer cela, a osé dire qu’il ne pouvait y avoir deux lois dans la République. Mais c’est justement ce qui s’est passé depuis 1948 : il y a eu deux lois, dont une moins favorable à l’Outre-Mer.

En quoi l’histoire de ces territoires explique-t-elle ce mouvement ?

Le problème actuel s’inscrit dans un panorama historique : le sentiment structurel des Français des DOM est de ne pas être traités comme les autres. C’est la phrase de Césaire : «Ils se sentent Français entièrement à part, et pas Français à part entière.»
Quel regard portez-vous sur la politique gouvernementale de l’Outre-Mer ?

Alors que, face à un capitalisme débridé, le rôle de l’Etat devrait être plus que jamais de réguler, il est totalement défaillant. Quant au projet de loi pour le développement économique de l’Outre-Mer, adopté en juillet 2008 par le Conseil des ministres, il n’est toujours pas passé au Parlement ! On pouvait critiquer la relation paternaliste, clientéliste de Jacques Chirac avec les Antilles. Mais ça l’intéressait. Alors que Nicolas Sarkozy se fiche complètement de l’Outre-Mer.

Comment expliquer l’extension du mouvement à La Réunion ?

Là aussi, il y a des monopoles dans la grande distribution, l’import-export, le pétrole. Et la crise du logement social y est encore plus forte qu’en Guadeloupe, alors que le niveau de vie est plus faible. C’est donc non seulement une solidarité politique, mais aussi une solidarité de situation.

Source : liberation.fr


Mais c'est une révolte !

Non Sire, c'est une révolution...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La grève outre mer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Voyages outre atlantique
» Jimi Hendrix - Mémoires d'outre-monde (novembre 2013)
» Livraison guitare usa
» TCE - Carnaval de Venise (Campra) - Niquet
» Le site internet officiel du nouvel album Bleu Noir (Part II)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Médias MCTL :: Discussions Diverses :: Actualité Générale-
Sauter vers: