Médias MCTL


 
AccueilPortail*FAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Festival Américain a Dauville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Admins
Admins
avatar

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 1685
Age : 58
Localisation : France
Date d'inscription : 17/10/2006

MessageSujet: Festival Américain a Dauville   Ven 31 Aoû - 11:08

Avec la venue annoncée de George Clooney, Michaël Douglas, Matt Damon, Brad Pitt, Monica Bellucci ou encore Sidney Lumet, le festival du cinéma américain de Deauville s'offre un somptueux plateau. La 33e édition s'ouvre vendredi pour dix jours.

Sur les célèbres planches de la station balnéaire normande, ces têtes d'affiche viendront défendre une vingtaine de films présentés en avant-première.
Damon, Belluci, Clooney et Cie
Le comédien Michaël Douglas donnera le coup d'envoi avec «King of California», un film du jeune réalisateur Mick Cahill dans lequel il interprète un patient sorti d'un hôpital psychiatrique à la recherche d'un trésor caché sous un supermarché.

Matt Damon suivra avec «The Bourne ultimatum» (»La vengeance dans la peau»), Monica Bellucci avec «Shoot'em up» (»Que la partie commence»), George Clooney avec «Michaël Clayton» et Brad Pitt avec «The assassination of Jesse James by the coward Robert Ford» (»L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford»).

Le réalisateur Sidney Lumet viendra présenter en avant-première mondiale son dernier film «Before the devil knows you're dead» (»7h58 ce samedi-là»). Un hommage lui sera rendu tout comme à Michaël Douglas, à l'actrice Sigourney Weaver et à la réalisatrice, scénariste et comédienne Ida Lupino.
Non stop
La grande nouveauté de cette 33e édition réside dans la projection d'une soixantaine de films devenus des classiques outre Atlantique qui se succéderont 24 heures sur 24 sur les écrans du festival.

Baptisée «Les nuits américaines», cette section vise à permettre au public d'appréhender la diversité du cinéma américain au travers de tous ses genres, du western à la comédie en passant par le film noir, érotique ou fantastique.

Côté documentaires, le festival accueillera «The war» de Ken Burns et Lynn Novick, qui rassemble des témoignages sur la Seconde guerre mondiale, «Sicko», une dénonciation du système de santé américain par le tonitruant Michaël Moore et «Cocaïne Cowboys» de Billy Corben qui dissèque le commerce de la drogue à Miami dans les années 1970 et 80.
Cinéma indépendant
Le cœur du festival reste cette année encore la section compétition qui permet de découvrir les dernières nouveautés du jeune cinéma indépendant américain. Onze longs métrages sont en lice, dont «Broken english» de Zoe Cassavetes, «Factory girl» de George Hickenlooper, «The Dead Girl» de Karen Moncrieff ou «Waitress» d'Adrienne Shelly.

Le jury sera présidé par le réalisateur et scénariste français André Téchiné, prix de la mise en scène 1985 à Cannes pour «Rendez vous» et quatre fois césarisé pour «Les roseaux sauvages», dix ans plus tard.

En 2006, le Grand prix avait été décerné à «Little miss Sunshine», comédie grinçante de Jonathan Dayton et Valérie Faris, et le Prix du jury à «Half Nelson» un film de Ryan Fleck qui raconte la rencontre d'un brillant professeur d'un lycée de Brooklyn et d'une jeune étudiante.

afp/ant

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Admins
Admins
avatar

Masculin
Sagittaire Chien
Nombre de messages : 1685
Age : 58
Localisation : France
Date d'inscription : 17/10/2006

MessageSujet: Re: Festival Américain a Dauville   Ven 31 Aoû - 11:13

Deauville rend hommage à Michael Douglas, 30 ans après avoir honoré le père


L'acteur et producteur américain Michael Douglas à Rancho Palos Verde (Californie) le 29 avril 2007


A 62 ans, l'acteur et producteur américain Michael Douglas va recevoir vendredi l'hommage du 33e festival de Deauville pour l'ensemble de sa carrière, presque trente ans après son père Kirk Douglas, l'une des icônes du cinéma américain.

Avec cet hommage, "je songe plus à mon père qu'à moi. Je pense qu'il y a une sensation d'immortalité que votre père puisse vous voir, trente ans après, recevoir le même honneur que lui", déclare Michael Douglas, interviewé jeudi par l'AFP dans un hôtel parisien. "A nous deux, nous cumulons 65 ans dans le business et 140 films", souligne l'acteur.

A propos, comment va Kirk Douglas, 91 ans, honoré par le festival de Deauville en 1978 et inoubliable interprète de Spartacus? "Il est incroyable. Il travaille, il s'occupe de la promotion de son nouveau livre. J'ai de la chance", répond son fils.

Né le 25 septembre 1944 dans le New Jersey, de deux parents comédiens, Michael Douglas reconnaît que cela n'a pas toujours été simple pour lui de se faire un prénom dans le monde du cinéma. Bien sûr, "on me comparait toujours à mon père -qui est fantastique. Alors cela a pris un peu plus de temps", souligne-t-il. Le fait de recevoir l'Oscar du meilleur acteur pour "Wall Street" d'Oliver Stone (1987) "a été très important pour moi", ajoute-t-il.

Michael Douglas est un homme à multiples facettes: acteur de nombreux films à succès (Liaison fatale, Basic Instinct) mais aussi producteur de films remarqués (Vol au dessus d'un nid de coucou, le Syndrome chinois), il apprécie de plus en plus le cinéma indépendant.

C'est pourquoi il a accepté de jouer le rôle d'un père déjanté dans "King of California", un premier film de Mike Cahill, qui sera présenté vendredi à l'ouverture du festival de Deauville.

"Alexander Payne, qui est ami de Mike Cahill et l'un des producteurs du film m'a envoyé le scénario. J'ai aimé l'histoire. Elle est amusante, imprévisible et poignante".

Cette comédie légère raconte les tribulations d'un père qui embarque sa fille de 17 ans dans une chasse au trésor en pleine zone urbaine. "Cette histoire me touche. Cela montre comment parfois les adultes se comportent en enfants et les enfants en adultes", relève l'acteur.

Depuis son deuxième mariage en 2000 avec l'actrice Catherine Zeta-Jones dont il a deux enfants, Douglas a cessé de faire passer sa carrière avant sa famille. "Mes priorités ont considérablement changé", souligne-t-il.

C'est d'ailleurs à Deauville, en 1998, qu'il a rencontré la jeune actrice brune. Cette fois-ci, Catherine Zeta-Jones ne sera pas avec lui sur les planches: "elle est restée garder les enfants".

C'est la troisième fois que Michael Douglas se rend au festival du film américain de Deauville. "C'est fun. On passe un moment agréable. Il n'y pas la pression de la compétition" comme ailleurs, déclare le producteur.

"Et puis la France a toujours été gentille avec la famille Douglas. Elle nous a soutenu depuis des années. Mon père et moi nous trouvons que c'est un endroit chaleureux où se rendre", relève Michael Douglas.

"Messager de la paix" pour les Nations Unies, Michael Douglas se bat pour la réduction du nombre d'armes nucléaires. Il se dit "optimiste", notamment dans le contexte des prochaines élections présidentielles américaines. Et ne cache pas son faible pour la démocrate Hillary Clinton. "J'aimerais que mon prochain président ait des discussions sur l'oreiller avec Bill Clinton. Je serais très content", confie-t-il en riant.

PARIS (AFP) - 30/08/2007

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Festival Américain a Dauville
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» American Tours Festival
» Festival de musique militaire à Ville la Grand du 11 au 13 juin 2010
» Hoffnung Festival
» Festival "autour des cuivres" - du 20/10 au 24/10 - Cournon d'Auvergne
» B.Brozman au festival de Douai (Nord) - 30 et 31 janv. 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Médias MCTL :: Discussions sur le Cinéma :: Actualité et Cinéma en général-
Sauter vers: